Stéphane Quoniam - Musée des Beaux-Arts de Caen

IMG_20220121_112525.jpg
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
1/4

Stéphane Quoniam
Musée des Beaux-Arts de Caen (janvier 2022)

Tout a commencé dans un vide-greniers, l’artiste y chine un vieux registre cadastral, puis décide d’en peindre les pages au fil des années. "Une humeur, une actualité, un paysage, une rencontre, une lecture, c’est toute cette liberté-là qui compose Comme un journal", explique la directrice du musée.

De la destruction du patrimoine historique de Palmyre aux attentats du Bataclan, jusqu’au "quoi qu’il en coûte" précédant le confinement, Stéphane Quoniam retrace huit années (de 2012 à 2020) secouées par des événements historiques et les aléas de la vie de tous les jours. "C’est un homme de son temps, l’idée c’est de s’interroger sur son temps et comment est constitué le quotidien de chacun et la dimension d’engagement politique", ajoute la directrice du Musée des Beaux-Arts de Caen.